The wikis are now using the new authentication system.
If you did not migrate your account yet, visit https://idp-portal-info.suse.com/

Édition video avec SUSE Linux

Aller à : navigation, rechercher
User-away.png Cet article fait référence à la version 'Logiciels obsoletes' et n'est plus adapté à la version courante d'openSUSE.
Si cet article reste obsolète, il sera sans doute effacé, participez à la mise à jour si vous le pouvez.

Référez-vous à la page de discussion pour plus de renseignements.

On réalise fréquemment des films video avec une caméra DV et on les monte.

Ça agace considérablement de ne le faire que sous Windows®. On va donc voir comment faire sous SUSE Linux.

La base c'est Kino ou Cinelerra, mais ça ne fonctionne pas du premier coup :-(

Matériel et sources de logiciels

La vidéo est très demandeuse en puissance et en taille disque. Un PC acheté neuf au moins cher possible en 2005 convient, mais tout juste. C'est un Sempron quelque chose, 512Mo de RAM, 80Go de disque dur. SUSE Linux installée depuis la sortie de la version stable.

Pour faire de la vidéo, il faut de nombreux pilotes qui ne sont pas tous libres. Il est donc essentiel d'installer comme source de programmes toutes les sources SUSE Linux, mais aussi Packman.

Mise en place des modules

Pour recopier son film du camescope DV vers le disque dur, il faut une carte IEEE1384. Les modules utiles pour la faire marcher sont :

  • ieee1384
  • ohci1384
  • raw1384
  • video1384

On peut lancer ces modules à la main :

modprobe raw1394

par exemple.

On peut aussi les démarrer ensemble.

Point de départ

Il n'y a pas dans Yast (SUSE Linux 10.1) de module pour configurer le ieee1394. Il faut donc lancer les modules à la main avec modprobe, ce n'est pas très difficile de faire un script au besoin.

30Go ce n'est pas de trop pour la vidéo.

Pas mal d'utilitaires doivent être compilés, il faut donc installer les sources du noyau et les compilateurs.

Le tour du propriétaire

Si on va dans le menu de Kde, multimédia, modification multimédia, la seule chose qu'on trouve ce sont Kino et dvdbcut.

Organiser son disque

La vidéo, côté organisation de fichiers, c'est pas triste :-). Le moindre DVD fait plus de 4Go et il en faut souvent plusieurs copies. Une cassette DV standard fait, une fois copie sur le disque dur, 12Go (douze !).

Kino

Mise en place

Kino a l'avantage d'être fourni avec SUSE Linux 10.0 (voir Yast). Donc aucun problème d'installation.

La première chose à faire est sans doute d'aller dans les préférences et de lui donner comme cible un répertoire de data1.

Cependant, je n'ai pas trouvé de moyen de lui donner un répertoire. En fait on peut chercher le répertoire de destination avec l'interface traditionnelle, mais pas le donner, il faut donc entre répertoire et nom de fichier à la main dans la première fenêtre.

Kino a trouvé le module raw1394 et est prêt à exporter dans /dev/ieee1394/dv/host0/PAL/out

Capture

Manifestement le problème du choix des fichiers est une bogue car quand on lance la capture, on ne peut pas non plus saisir le répertoire et le nom de fichier autrement qu'en le tapant dans la première fenêtre. Pas grave.

Une fois le camescope connecté (attention j'ai déjà eu un câble défectueux), on lance en pressant le bouton, on choisit le fichier, on allume le camescope en lecture.

On a alors deux rangées de boutons. Celle du bas pour manipuler la cassette, celle du haut pour la capture.

On appuie sur le bouton rouge... et le PC devient tout à coup comme lymphatique, tandis que l'image défile sur l'écran. Si vous voulez le son, autant ouvrir le moniteur du camescope pour utiliser celui-ci.

Notez que, sous Windows®, avec un appareil un peu plus puissant, la plaie était la perte régulière d'images, même pas remarquée par le logiciel, qui décale l'enregistrement. Ça ne se remarque pas avec le son intégré, mais c'est très génant si vous utilisez un son venu d'autres sources, car cela génère d'incessants décalages de synchronisation, très visibles (ou audibles, comme vous voulez).

Lecture

Arrêt de l'enregistrement au bout d'environ trois minutes. Passage en "montage". Lecture. Pas de son.

Ouverture de Kmix tout ou presque était muté, je ne sais pas pourquoi... j'ouvre "PCM", le son arrive, horrible...

L'image passe au ralenti, le son aussi. Pourtant on peut faire défiler la "bande" facilement. inutilisable.

Pourtant le fichier gravé est parfaitement lu par VLC (VideoLan).

Export

Kino est très bien pourvu en formats d'export.

le mode AVI DV type 1 (son+image) fait sensiblement la même taille (780Mo pour 3"30') que le mode raw, mais n'est pas lu par VLC.

Le mode mpg demande mpeg2enc que j'ai manifestement d'installé.

L'export vers le DV s'est fait très rapidement, par contre il faut 20 minutes pour le mpg. Le résultat est bon, 20Mo seulement.

Mais Kino ne sait pas utiliser ce fichier sans le remettre au format dv.

Donc lenteur extrême... pas utilisable sauf comme capture et convertisseur.

DVR

DVR doit signifier "Digital Video Recording", c'est à dire "Enregistrement Vidéo Numérique". En fait, si j'ai bien compris, il s'agit d'enregistrer des émissions de télévision via les cartes ad hoc, pas de la vidéo personnelle. Ca ne veut pas dire que les produits en cause ne soient pas utilisables, mais ils ont quand même une orientation différente.

DVBcut

J'ai trouvé DVBcut installé dans les menus de Kde :-). A première vue il s'agit d'un outils de découpe de fichier mpg. Il lit les fichiers produits par Nero, mais pas ceux que j'ai fait avec Kino, il faut donc bien tracer de quel format il s'agit. pas encore lu la doc. Le fonctionnement est simple, il y a une variante de "jog shuttle", on place des balises, mais qu'en fait-on après?

QDVDauthor

C'est joli, mais chaque fois que je clique sur un bouton, me réponds que ce n'est pas implémenté...

En fait il s'agit d'une interface graphique de dvdauthor qui a bonne réputation mais qui fonctionne en ligne de commande à partir d'un fichier xml...

AVIdemux

Celui-là, il a l'air de marcher. C'est un équivalent de VirtualDub que vous connaissez peut-être sous Windows. Il permet de transcoder des vidéos d'un format dans l'autre et d'extraire une partie d'une vidéo.

En tout état de cause, vous avez intérêt chaque fois que c'est possible à diviser votre clip en petites parties, cela fatiguera bien moins votre PC et vous évitera de longues attentes.

Dvgrab

Outil en ligne de commande très simple. Permet de copier votre cassette DV sur le disque dur.

Il suffit d'allumer le camescope, lancer dvdgrab et gérer avec les touches du camescope (ou de le laisser faire tout seul). Control C pour arrèter.

Le produit (ici trouvé sur SUSE) semble être d'origine Kino (même site web).

Des détails sur le fonctionnement

Kdenlive

Kdenlive est un programme très prometteur, que mérite qu'on s'y arrète. Vu le travail qu'il y a à faire, autant lui consacrer une page entière :

/Éditer une vidéo avec Kdenlive

Cinelerra

C'est le produit le plus abouti à priori. Il existe depuis longtemps. Il insiste pour dire qu'il faut un cluster d'ordinateurs pour faire de la vidéo, c'est le plus inquiétant :-(.

Pourtant les PC ont fait du chemin depuis et on peut espérer des résultats. En tout cas il s'est compilé et installé sans problème sur mon PC. Par contre il n'est pas référencé dans les menus, il faut donc soit le lancer dans une console soit créer sur le bureau un lien vers /usr/bin/cinelerra. Le programme lui-même s'installe dans /usr/lib/cinelerra.

Il y a beaucoup à en dire

Main Actor

Main Actor a été présent sur SUSE depuis très longtemps. Ce n'est pas un produit libre et seule la version démo a été diffusée par SUSE.

Cette version est pleinement fonctionnelle, mais elle écrit un filigrane en fond de tous les films réalisés (écrit en gros "Main Actor").

La capture fonctionne :-).

La dernière version connue (Mars 2006) est la version pour SUSE 9.3, disponible sur le site de Main Concept, le créateur du produit.

Le rapport performances annoncées/prix est attractif, le prix étant d'environ 200€, et la notice parle de module d'effet capable de créer de toute pièce des nuages...

Pour autant il faut une configuration très musclée pour la faire tourner, et les versions Windows® (même clé de protection, on peut donc travailler sur les deux systèmes avec la même licence) sont sujettes a de nombreux plantages. Disons quand même que le support client est à la hauteur.

Yast ne veut pas l'installer (?), mais rpm -i le fait très bien, donc pas de souci.


A voir

Références